Learning & Développement apprentissage: importance dans le parcours professionnel

L’apprentissage dans les 5 prochaines années

Tendances inspirantes d’apprentissage

Voici quelques tendances sur l’apprentissage en entreprise et ce que cela m’inspire. Bien que la formation soit un secteur très mature pour gérer les ressources humaines de l’entreprise, elle commence à être de plus en plus innovante. Un grand terrain de jeu s’ouvre. Ceci permettra aux individus de concilier des objectifs de développement personnel à des finalités professionnelles. L’intérêt commun est que chacun – entreprise et collaborateur –  en bénéficiera.

Avec les nouvelles technologies (e-learning, mobile, etc), les modes collaboratifs, la mise en avant de l’empathie dans les processus, le Learning & Development a de l’avenir. Ce sont de véritables challenges pour les organisations, qui peuvent être parfois intimidants. Beaucoup d’innovations et de startups se créent. Celles-ci proposent des solutions nouvelles, et cela comporte des risques que les services de RH ne sont pas toujours enclins à prendre. Les RH sont les gardiens internes du bien-être au travail des collaborateurs, et parallèlement, les garants des emplois. Il est donc  compréhensible que nous nous retrouvions dans des situations complexes. Pour dédramatiser, la mise en place d’expérimentations pilotes permet néanmoins de tester des solutions. Les indicateurs RH devront également évoluer pour rester les plus pertinents pour les individus et l’entreprise.

 

Outils indispensables

Les outils d’apprentissage devront s’adapter aux individus: les générations Y et les Millenials sont ultra mobiles, les outils de formation devront les suivre ! Seuls 10% des entreprises utilisent des solutions de formation sur des outils nomades (tablettes, smartphones). Encore moins, soit 4%, utilisent des App sur mobiles, faute de savoir mettre en place une stratégie de formation adaptée. Pourtant, elles reconnaissent l’excellente adoption et implication des utilisateurs.

 

Aspects sociaux

L’aspect social de la formation prend de l’ampleur. Les réseaux sociaux sont un exemple. Au delà de la communication et du partage d’informations ou d’expérience, c’est un moyen efficace de faire collaborer les individus, de favoriser un esprit d’équipe et une culture bottom-up où l’on peut se permettre de s’affranchir au moins en partie de la hiérarchie. Ainsi, on peut ouvrir plus simplement le dialogue. Le collaboratif s’introduit dans de nombreux services. Que ce soit en BtoB, BtoC ou CtoC, les plateformes collaboratives de partage de cours entre étudiants, ou les réseaux d’échanges pour développeurs voient le jour.

De grandes évolutions sont à prévoir. Partages de documents, plateformes de discussion, microblogging… Nous devrions notamment observer le passage des textes aux videos. Cela a été le cas pour les blogs devenus des vlogs ou tutoriels ces dernières années. Nous sommes de plus en plus connectés et la formation devra s’adapter. Par exemple, la création de communauté permettant de partager, de communiquer, de se conseiller, de se challenger ou de se rencontrer à travers des événements pourra tout à fait être complémentaire des formations réalisées.

 

Des RH centrées utilisateur… pardon, collaborateur

Et bien sûr, mettre l’individu au coeur de la stratégie devient crucial. On le dit depuis des années. On s’en rend compte aujourd’hui avec des collaborateurs qui ne sont plus passifs. Au contraire, ils sont demandeurs et certains bien renseignés. Dans une logique de sécurité de l’emploi quel qu’il soit, ils revendiquent le droit d’être informés. Aujourd’hui, les mentalités changent. La remise en question des systèmes est fréquente et positive pour faire évoluer l’entreprise, même si parfois elle peut en déstabiliser certains.

Ainsi, les tendances de l’apprentissage les plus populaires en 2016 ont été formalisées dans Annual Learning and Development survey report of the Chartered Institute of Personal Development (CIPD). Les formations en milieu de travail représentent toujours le moyen le plus utilisé (48%) pour acquérir de nouvelles compétences. L’autre solution de formation préférée est la formation interne (46% l’utilisent couramment). Ce qui n’est pas étonnant car cela permet au collaborateur d’apprendre dans un milieu de confiance et d’échanger entre individus sur leurs expériences réciproques.

Découvrez note précédent article : Learning & Development : Les enjeux du marché

Ce post est issu du contenu rédigé par Viemonjob en collaboration avec le LabRH : Innovation RH, Passer en mode digital et agile aux éditions Dunod. L’ouvrage est cosigné par Michel Barabel, Jérémy Lamri, Olivier Meier et Boris Sirbey. Il s’agit du premier livre qui synthétise la vision de l’emploi et des ressources humaines portée par les startups de la HR tech française.