MadeinFrance-Guy-Roux-photo testerunmetier viemonjob testunmetier vismavie reconversion professionnelle changement de vie évolution orientation immersion vis ma vie vis mon job test mon métier choisir sa vie faire de son rêve un métier demain impact social

Instituteur rime avec entraineur

Guy Roux est un joueur puis entraineur emblématique du football français. Il est né le 18 octobre 1938 à Colmar.
J’ai eu la chance de le rencontrer par hasard et de discuter avec lui. Depuis, je le croise souvent le lundi soir avant ses émissions TV. Très sympathique, il m’a donné l’occasion d’échanger simplement avec lui, une personnalité du foot français.

Petite histoire du jeune Guy Roux

Alors que son père est mobilisé en 1940, son grand-père emmène la famille dans l’Yonne où Guy Roux commence à jouer au football. En 1945, la mère de Guy Roux tombe gravement malade. Son grand-père s’occupant d’elle, Guy Roux est envoyé à Colmaret se passionne pour le club des Sports réunis Colmar qui évolue au Stade des Francs.

En 1950, Guy Roux retourne vivre à Appoigny (Yonne) et devient pensionnaire du lycée d’Auxerre. Il effectue ses débuts d’entraîneur dans le cadre des compétitions scolaires en dirigeant les équipes minimes, cadets et juniors de son lycée. Il signe sa première licence à l’AJ Auxerre en minimes. Il est alors simultanément élève de terminale et surveillant. Il obtient son baccalauréat en 1957 et poursuit des études de droit et d’administration des entreprises dans le Limousin. Occupant un poste de maître d’internat à Montmorillon, il est muté en 1958 à Limoges où il devient maître d’internat au lycée Gay-Lussac. Guy Roux désire devenir instituteur.

 

Le concours

Le jour du concours, Guy regarde l’horloge du café où il déjeune. Elle indique 13:35. Persuadé d’avoir encore 25 minutes avant le début de l’épreuve de dictée du concours d’entrée à l’Ecole Normale, il ne se presse pas. C’est en vérifiant une dizaine de minute plus tard, qu’il se rend compte que l’horloge ne fonctionne pas et qu’il est en fait déjà 14:15. Horreur… il est en retard. Il court, et l’examinateur l’accepte pour l’examen, lui imposant que chaque mot de la dictée qu’il n’aura pas entendu lui vaudra une faute. Guy persiste et effectue la dictée demandée. Malheureusement, le résultat n’est pas suffisant, entraînant un examen de rattrapage auquel il se rend avec l’un de ses bons amis. Ils sont accompagnés du père de ce dernier. Finalement, ils assisteront à l’entrainement du club local plutôt qu’à la session du concours. D’instituteur, la vocation de Guy Roux prend un virage à 90 degrés.

 

Page tournée : le joueur-entraîneur remplace l’instituteur

Après une  carrière de joueur amateur à Poitiers et Limoges, il devient entraîneur-joueur à l’AJ Auxerre à 23 ans en 1961. C’est le début de sa longue carrière d’entraîneur au sein du club auxerrois jusqu’en 2005. Il est également président du syndicat des entraîneurs de football en France de 1977 à 2001.

Sous sa conduite, l’AJ Auxerre gravit tous les échelons du football français, du championnat régional au championnat de France amateur, jusqu’à la deuxième et à la première division professionnelle en 1980. Il permet au club de remporter un titre de champion de France en 1996 et quatre victoires en Coupe de France. Il est ainsi un des deux entraîneurs ayant remporté le plus de Coupes de France. Il détient le record du nombre de matchs dirigés en première division en tant qu’entraîneur avec 894 rencontres sur le banc entre 1980 et 2007.

Personnage emblématique de l’AJ Auxerre, Guy Roux est Présenté comme un entraîneur paternaliste et prudent financièrement, il joue avec cette image notamment dans des publicités. Il intervient également régulièrement dans différentes émissions TV ou radio.

Bravo à celui qui a assumé sa vocation. Parfois, les circonstances et les aléas de la vie nous amènent à rebondir. Je ne crois pas tellement au hasard, et c’est une horloge qui a porté le rôle de déclencheur dans cette story. Une carrière d’entraineur emblématique pendant 42 ans d’un homme devenu une figure populaire et médiatique du football français. Il a traduit sa volonté d’accompagner et de transmettre au profit de sportifs plutôt qu’à des élèves, mais on remarque bien que ses valeurs fondamentales sont communes au métier d’instituteur qu’il envisageait, et au métier d’entraineur qu’il a pratiqué avec brio.